Introduction : une épistémologie de la donnée web en sciences sociales

Au cours des dernières décennies, la démocratisation de l’informatique a généré une manne considérable de données pour le chercheur : profils personnels, traces numériques, conversations en ligne, etc. Des activités humaines auparavant inobservables laissent désormais une trace inscrite par les outils informatiques, et dont le volume est à l’image du succès de ces technologiques. Cette abondance de données constitue une situation inédite par rapport aux pratiques de recherches traditionnelles dans lesquelles les données, coûteuses à produire, ne tombent pas du ciel comme une manne divine et ne sont souvent que le prélude à un travail considérable d’élaboration de connaissances scientifiques à partir de ces données. Le phénomène des big data semble remettre en cause ces pratiques de recherche, en particulier dans le domaine des humanités numériques où ces données représente un volume incontournable car trop important et trop significatif pour être ignoré.

Je formule ainsi l’hypothèse que l’on assiste ainsi à la naissance d’une nouvelle objectivité pour les sciences humaines et sociales, comparable à la naissance, décrite par Lorraine Daston et Peter Galison (Objectivité, 2007), de l’objectivité comme nouvelle norme scientifique dans les sciences de la nature au XIXe siècle. Dans le cadre de cette nouvelle objectivité en devenir, des connaissances sont produites en faisant, pour la première fois, l’économie de l’épistémologie des données considérées, des manipulations qu’elles subissent et de la manière dont des connaissances peuvent être inférées de ces manipulations.

Mon ambition est de procéder à cette épistémologie des big data dont l’économie a été faite jusqu’à présent, et de formuler les conditions de possibilité des connaissances nouvelles qu’elles permettent de construire. Tout en interrogeant à chaque étape les limites des pratiques interrogées, je chercherai à bâtir une théorie de la connaissance partant non plus d’un divers sensible kantien mais d’un divers de données manipulables dans des formes statistiques a priori, imposées par le sujet, et permettant la construction de connaissances objectives.

Ma problématique peut-être exprimée en trois formulations :

  • Quelle est le statut épistémique de la donnée, quelles connaissances permet-elle de produire et quelles sont les différents types de données disponibles ?
  • Quelles sont les méthodes et les dispositifs techniques mis en place pour traiter et interpréter la donnée ?
  • Comment caractériser la connaissance ainsi produite et sa valeur de vérité ?

Ma thèse portera plus spécifiquement sur le cas du web comme exemple emblématique de l’exploitation d’une manne importante de données hétérogènes et préalablement constituées. J’étudierai ainsi notamment la façon dont les réseaux sociaux, les blogs, les profils personnels, peuvent être utilisés dans les sciences sociales pour explorer un phénomène spécifique.


3 pensées sur “Introduction : une épistémologie de la donnée web en sciences sociales”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *