Clarification un peu irritée sur ce qu’est et n’est pas un algorithme

Le rôle pris par les techniques informatiques dans la sphère politique et sociale les ont placées sur le devant de la scène médiatique. On lit ainsi beaucoup de choses sur « les algorithmes »,  auxquels on prête constamment de nouvelles facultés qui paraissent illimitées.  Si la notion d’algorithme est vaste, elle n’en a pas moins un sens, et renvoie à certaines réalités bien définies, au-delà desquelles le terme n’est plus approprié.

Il se trouve que j’ai achevé récemment la (quasi-)lecture de l’ouvrage collectif de 1995 Histoire d’algorithmes : du caillou à la puce signalé par Arthur Charpentier et téléchargeable sur le web. (Quand je dis « achevé », je confesse que je n’ai pas parcouru minutieusement la totalité des près de 600 pages de l’ouvrage qui retracent les démonstrations mathématiques et reproduisent de nombreux extraits des auteurs étudiés. Je m’attendais à lire quelque chose sur l’histoire de l’algorithmique au XXe siècle, qui n’est abordée que rapidement au dernier chapitre).

Il ressort de l’ouvrage une définition antérieure  à l’essor de l’informatique : celle de l’algorithme comme méthode de calcul, façon de faire formalisée et partageable en mathématiques. Le livre détaille ainsi, les façons de calculer ayant existé historiquement, de :

  • multiplications et divisions
  • carrés magiques
  • équations à une ou plusieurs inconnues
  • règles de trois
  • pi, circonférence du cercle et quadrature
  • racines carrées
  • nombres premiers
  • équations linéaires
  • interpolations
  • équations différentielles
  • etc.

Il montre également qu’il existe plusieurs façons de calculer : exactement ou par approximation.

Ces façons de calculer sont décrites en langage naturel (grec, arabe, italien…) par des auteurs bien connus comme Euclide, Archimède, Fibonacci, Leibniz, Descartes, Newton… et d’autres moins connus. Par exemple, voici le début du texte d’Euclide sur la méthode de calcul du plus petit diviseur commun :

« Deux nombres inégaux étant proposés, le plus petit étant retiré du plus grand, si le reste ne mesure celui qui est avant lui que lorsqu’on a pris l’unité, les nombres proposés sont premiers entr’eux.

Soient les deux nombres inégaux ΑΒ, ΓΔ ; que le plus petit étant toujours retranché du plus grand, le nombre restant ne mesure celui qui est avant lui que lorsque l’on a pris l’unité ; je dis que les nombres ΑΒ, ΓΔ sont premiers entr’eux, c’est-à-dire que l’unité seule les mesure. »

On est donc bien loin d’un formalisme mathématique ou informatique, même si le texte n’est pas très fluide en première lecture car très précis.

En ce sens on a pu comparer un algorithme à une « recette de cuisine », c’est-à-dire la description d’une série d’opérations permettant d’arriver à un certain résultat défini au départ. C’est là une acception peu exigeante d’algorithme, qui n’est pas inexacte mais peut conduire à une mauvaise compréhension de ce que le terme désigne en général.

La notion d’algorithme a en effet évolué avec l’avènement de l’informatique d’abord théorique puis de l’informatique tout court.

L’ouvrage cité plus haut propose ainsi la définition suivante :

1. L’algorithme doit pouvoir être écrit dans un langage, c’est-à-dire un ensemble de mots écrits à partir d’un alphabet.
2. La question posée est déterminée par une donnée, appelée entrée, pour laquelle l’algorithme sera exécuté.
3. L’algorithme est un processus qui s’exécute étape par étape.
4. L’action à chaque étape est strictement déterminée par l’algorithme, l’entrée et les résultats obtenus dans les étapes précédentes.
5. La réponse (sortie) est clairement spécifiée.
6. L’exécution se termine en un nombre finie d’étapes.

Pour le dire un peu plus succinctement, un algorithme informatique est la description non ambiguë dans un langage formel (un langage de programmation) d’une suite finie et ordonnée d’étapes qui, à partir de données en entrée, livre des données en sortie en un temps fini, en vue d’un objectif prédéterminé.

Un point important pour bien comprendre les implications de cette définition est qu’un algorithme ne fait qu’exécuter les tâches que vous avez décrites, a priori beaucoup plus rapidement que si vous deviez les exécuter vous-mêmes. C’est son seul intérêt par rapport à un humain : il va très vite, ce qui a pour conséquence de rendre possible des calculs tout à fait inenvisageables avant l’informatique, voire envisageables seulement récemment (car la puissance des machines fait qu’on peut utiliser des algorithmes de plus en plus complexes, qui n’étaient pas possibles avec des ordinateurs d’il y a x ou y années).

J’insiste encore une fois : un algorithme ne fait que ce qu’on lui a dit de faire. Il se réduit même pas cela : il est la description de ce qu’on a dit de faire. Il ne prend pas de décision, il n’agit pas, c’est un outil pour celui qui l’écrit (ou celui qui l’utilisera). Ainsi :

  • un algorithme ne manipule pas des gens : ce sont les personnes qui ont écrit l’algorithme qui essaient de vous causer du tort ;
  • un algorithme ne fait pas de politique : ce sont les gens qui ont écrit l’algorithme qui essaient d’utiliser un outil dans un sens et un but politique ;
  • un algorithme ne gouverne pas : ce sont les gens qui ont écrit l’algorithme qui utilisent un outil pour faire plus rapidement des manipulations d’information qui vont les pousser à prendre telle ou telle décision pour des individus ;
  • un algorithme ne fait pas de profilage : ce sont les gens qui ont écrit l’algorithme qui font du profilage en utilisant un outil pour faire rapidement les calculs nécessaires au profilage ;
  • etc.

Il ne s’agit pas seulement de jouer sur les mots ou les structures grammaticales : à force d’écrire des phrases donc le sujet grammatical est « un algorithme » au lieu de « une personne », l’idée selon laquelle nous ne contrôlons pas nos outils fait son chemin. Or c’est factuellement faux et idéologiquement dangereux. A force de décrire un algorithme comme un agent autonome, on finit par le croire et par par se désengager de questions très importantes comme la politique, l’éthique, autour desquelles on voudrait déléguer la décision à des algorithmes, c’est-à-dire des suites d’instructions qui ne prennent pas de décisions. C’est une idée persistante dans nos cultures, du golem à la révolte des machines, que nos outils puissent agir par eux-mêmes. Malgré les fantasmes éveillés par la recherche en intelligence artificielle, nous sommes encore tout à fait incapables de construire des programmes qui se comporteraient comme des agents autonomes, c’est-à-dire qui agiraient différemment de ce que décrit une suite d’instructions du fait qu’ils posséderaient une forme de libre arbitre.

Jusqu’à preuve du contraire, seuls les humains (et peut-être des animaux, mais on ne va pas rentrer dans ce débat) disposent d’un libre arbitre et sont capable de décider, agir, vouloir, penser… toutes ces choses que les algorithmes ne font pas mais grâce auxquelles nous en sommes venus à être capable d’écrire des algorithmes et de les faire fonctionner.

Le débat éthique pour déterminer ce que les algorithmes devraient faire ou ne pas faire occulte les enjeux autours d’un autre point de leur définition : la question du formalisme, c’est-à-dire de la forme que prennent nos instructions pour être exécutables par la machine. Pour le dire simplement il faut rendre les choses « binaire », dire « c’est ça ou pas », ou alors décrire précisément sous quelles modalités cela peut être un peu des deux (avec des pourcentages par exemple, auquel cas il faut décrire comme ce pourcentage est calculé). C’est sur ce moment que s’opèrent des décisions qui vont avoir un effet chaque fois que l’algorithme est exécuté. C’est là par exemple que sont définis les mécanismes de catégorisation, dans le cas d’un algorithme dont la fonction est de déterminer la catégorie d’une donnée. On décide ainsi combien il y a de catégories, comment elles peuvent être calculées, si une donnée peut appartenir à une ou plusieurs catégories, s’il y a des degrés d’appartenance à une catégorie… Si l’on songe que ces catégories, qui seront calculées par l’algorithme, peuvent être déterminantes pour des individus, comme « éligible »/ »pas éligible », « autorisé »/ »interdit », « possible »/ »impossible », alors on peut prendre toute la mesure des décisions qui sont prises en amont de l’exécution de l’algorithme, dans sa conception.

Un algorithme n’est jamais parfait, il est le fruit d’arbitrages et de négociations avec ce que l’on croit préférable (et éventuellement de facteurs plus triviaux comme le temps ou le budget dont l’on dispose, la bonne foi dont on fait montre…). Le code qui décrit l’algorithme est le résultat du travail par lequel, à un moment donné, on propose une solution à un problème. D’autres solutions sont possibles, peut-être meilleures sous certains aspects, moins bonnes sous d’autres, occasionnellement idéales ou catastrophiques. C’est là que se font les arbitrages et les décisions dont les conséquences se manifesteront chaque fois que l’algorithme est exécuté ou utilisé.

Il est donc essentiel de garder la trace de ces arbitrages et décisions pris au moment de la conception. Un algorithme n’est pas neutre, il a une odeur : il est conçu avec un objectif déterminé, dans un contexte particulier, et représente la somme des adaptations plus ou moins importantes à ce contexte. Aussi réutiliser un algorithme existant suppose non seulement de comprendre sa finalité, de se replonger dans sa conception, mais de prendre en compte la façon dont le code répond à cette finalité.

Comme les livres, ce ne sont pas les algorithmes qui peuvent être dangereux : il faut veiller sur ceux qui les écrivent, ceux qui les commandent et ceux qui s’en emparent.

 

Update : suite de la discussion chez Oranadoz, dans l’article et les commentaire


13 réflexions sur “ Clarification un peu irritée sur ce qu’est et n’est pas un algorithme ”

  1. C’est juste, l’algorithme ne décide de rien par lui-même, et même les programmes les plus complexes ne prennent des décisions qu’en fonction de ce qui a été planifié en amont par ceux qui les ont écrits. Ce qui me semble intéressant, et qui mérite d’être pris en compte, c’est que nous nous laissons certains algorithmes nous maltraiter car nous intériorisons l’idée qu’ils ne sont que des mécaniques face auxquelles nous serions tous égaux.

  2. « un algorithme ne gouverne pas : ce sont les gens qui ont écrit l’algorithme qui utilisent un outil pour faire plus rapidement des manipulations d’information qui vont les pousser à prendre telle ou telle décision pour des individus ; »

    Juste un point… si tu remplaces le début de cette phrase par « les armes ne tuent pas, ce sont les gens… », ne penses-tu pas qu’on voit bien les limites de l’approche consistant à faite de la technique un simple « outil » ?

    1. Je comprends bien l’objection. D’ailleurs dans la classification des outils de Leroi-Gourhan, les armes de chasse et de guerre sont regroupées, parce qu’il fait primer la forme sur l’usage. Il est bien entendu qu’une arme prédétermine à des usages assez différents d’un ours en peluche, et qu’il faut une certaine imagination pour menacer réellement des gens avec un ours en peluche. Sur le plan moral cependant, le fait qu’une arme permette de menacer (au mieux…) ne justifie en rien qu’on le fasse, il me semble, sans quoi un argument comme « l’arme m’a forcé à le menacer, je n’avais pas le choix » commence à avoir du sens…

      En gros il me semble extrêmement important de faire la nuance entre permettre un geste (ce que fait un outil) et décider de faire ce geste (ce que fait un agent).

      1. Sincèrement, c’est infiniment trop dualiste à mon sens.

        Vivre dans un monde où ce geste est permis (au sens de rendu possible – il ne s’agit *pas* de dire qu’il est autorisé) n’est pas la même chose que de vivre dans un monde où il ne l’est pas.

        Il y aurait la machine d’un côté (qui permet) et l’homme (qui décide) de l’autre.

        L’homme équipé, n’est-il cependant pas différent de ce sujet moral que tu mets en avant pour exclure la figure de l’homme équipé ? En outre, tenir en joue est-il *toujours* *nécessairement* immoral. Tu sembles le supposer, je ne vois pas pour quelle raison en ce qui me concerne.

        Et pourquoi dégainer un argument moral à moment précis d’ailleurs ? Si ce n’est parce que tu opère toi-même un glissement de sens (du verbe autoriser=possible au sens autoriser= permis).

        Ce glissement me paraît tout à fait discutable bien qu’à tes yeux ce point soit extrêmement important.

        Deux choses :

        a) Pardon mais que cela soit important à tes yeux ne signifie pas que tes arguments à eux seuls justifient la conception que tu défends !
        b) Cette distinction te permet-elle réellement de sauver la liberté humaine et la responsabilité (la faculté de décision) ? Rien n’est moins sûr. Il n’est pas dit que la « décision », une fois délivrée des usages que prédétermine l’objet technique (je reprends tes propos), s’avère librement consentie. La technique n’est pas le seul déterminant ici, l’homme pourrait très bien être biologiquement déterminé, et le simple fait de parler de décision complètement illusoire. Bref, même *si* l’on admet que le point que tu mets en avant est juste (et je ne vois pas de raison de l’accorder), c’est là une condition nécessaire et néanmoins non-suffisante pour asseoir ton propos général.

        Enfin, cette conception permet-elle à l’enquête d’aller plus loin ? Avec des sujets qui décident et des algorithmes qui obéissent, pas sûr… Jérôme Denis a réagi sur FB et il pointe le fait que les algorithmes contraignent (comme les modèles d’ailleurs) : à discrétiser, à tout expliciter, à découper une action en étape, etc. (je le paraphrase ici). Si la technique n’est qu’un outil, elle ne change jamais rien. Il faudrait donc aller voir comment ceux qui utilisent les algorithmes le font, leurs jeux de pouvoirs. Il n’y aurait donc que cela (où il le faudrait pour sauver ta conception de la morale). L’attention de déporte alors de l’algorithmes (qui n’a plus dès lors que la capacité que tu lui accordes à l’issue de cette courte note). Seulement, ces jeux de pouvoir sont-ils encore les mêmes dès lors qu’interviennent les algorithmes ? Tu proposes un argument a priori pour répondre à cette question. N’est-ce pas renoncer à enquêter ? Il n’y aurait donc que de purs moyens qui ne changent rien à rien, ni ne dévient aucuns cours d’action (ceux de l’enquêteurs comme des usagers des algorithmes, en l’occurrence) ?

        Je prend un autre exemple. L’écriture. Une fois maîtrisée, l’homme qui sait lire n’est-il pas condamné à lire et non voir dans les lettres des images ? N’a-t-il donc pas changé ? Crois-tu que ce soit juste une affaire de « décision » (tu investis beaucoup ce terme). On peut aussi prendre l’exemple du langage ? Celui qui décide de ce qu’il dit c’est Humpty-Dumpty et nul autre, ne l’oublions pas…

        Un monde sans écriture et sans algorithmes c’est n’est plus tout à fait la même chose que notre monde. Un humain équipé non plus par rapport à un humain qui ne l’est pas non plus. Et ça déplace la question de la décision (sinon on est dans une pensée du oui ou non : « la décision est-elle abolie ou ne l’est-elle pas », il faut choisir !). N’est-ce pas un chouïa plus compliqué ?

        1. > Vivre dans un monde où ce geste est permis (au sens de rendu possible – il ne s’agit *pas* de dire qu’il est autorisé) n’est pas la même chose que de vivre dans un monde où il ne l’est pas.

          C’est très généraliste comme remarque. Que veux-tu dire par là ? As-tu des exemples concrets de ce que cela change ?

          > L’homme équipé, n’est-il cependant pas différent de ce sujet moral que tu mets en avant pour exclure la figure de l’homme équipé ? En outre, tenir en joue est-il *toujours* *nécessairement* immoral. Tu sembles le supposer, je ne vois pas pour quelle raison en ce qui me concerne.

          Non, je n’ai absolument pas dit ça.
          D’une part, je n’oppose pas l’homme moral à l’homme équipé mais le sujet à l’outil.
          D’autre part, oui, tenir en joue n’est pas nécessairement immoral, ni tuer si on veut aller par là… mais où veux-tu en venir ?

          > Et pourquoi dégainer un argument moral à moment précis d’ailleurs ? Si ce n’est parce que tu opère toi-même un glissement de sens (du verbe autoriser=possible au sens autoriser= permis).

          Sans grande invention de ma part, je distingue le domaine de la technique (le possible) et le domaine du sujet (l’action) qui et le domaine des questions morales.

          > Cette distinction te permet-elle réellement de sauver la liberté humaine et la responsabilité (la faculté de décision) ?

          Non, mais ce n’est pas le propos… Il s’agit de montrer que si elle est quelque part, c’est du côté du sujet et non de l’algorithme.

          > Rien n’est moins sûr. Il n’est pas dit que la “décision”, une fois délivrée des usages que prédétermine l’objet technique (je reprends tes propos), s’avère librement consentie. La technique n’est pas le seul déterminant ici, l’homme pourrait très bien être biologiquement déterminé, et le simple fait de parler de décision complètement illusoire. Bref, même *si* l’on admet que le point que tu mets en avant est juste (et je ne vois pas de raison de l’accorder), c’est là une condition nécessaire et néanmoins non-suffisante pour asseoir ton propos général.

          Je n’ai jamais dit que la technique était le seul déterminant, ni qu’une décision est le fruit d’un atome de conscience pur et immatériel… Encore une fois je montre simplement que s’il y a décision, c’est du côté du sujet que ça se passe. L’objet de mon article n’était *pas* de repenser toute la question de la liberté humaine…

          > Jérôme Denis a réagi sur FB et il pointe le fait que les algorithmes contraignent (comme les modèles d’ailleurs) : à discrétiser, à tout expliciter, à découper une action en étape, etc. (je le paraphrase ici). Si la technique n’est qu’un outil, elle ne change jamais rien.
          > Il faudrait donc aller voir comment ceux qui utilisent les algorithmes le font, leurs jeux de pouvoirs. Il n’y aurait donc que cela (où il le faudrait pour sauver ta conception de la morale). L’attention se déporte alors de l’algorithmes (qui n’a plus dès lors que la capacité que tu lui accordes à l’issue de cette courte note). Seulement, ces jeux de pouvoir sont-ils encore les mêmes dès lors qu’interviennent les algorithmes ? Tu proposes un argument a priori pour répondre à cette question. N’est-ce pas renoncer à enquêter ? Il n’y aurait donc que de purs moyens qui ne changent rien à rien, ni ne dévient aucuns cours d’action (ceux de l’enquêteurs comme des usagers des algorithmes, en l’occurrence) ?

          C’est précisément ce que j’explique dans l’article lorsque je soulève la question du formalisme, en soulignant que c’est là le point important dont on ne parle pas assez. Ce n’est pas parce qu’un algorithme n’est pas un agent autonome qu’il ne change rien. Il programme, il prédétermine, mais jamais complètement, seulement au niveau des moyens et non des fins. Bien sûr qu’elle est cruciale, la questions des moyens ! Bien sûr que si l’on se rend compte, au moment de la programmation de l’action, que la fin ne peut être atteinte, on change de fin et que ce changement aura été induit par les moyens ! Je n’ai jamais dit ni pensé que ce qu’on veut est totalement distinct de ce qu’on peut ; cela ferait de moi quelqu’un de très irréaliste ! Mais le propos de l’article était de mettre l’accent sur la question des fins (du point de vue de l’auteur de l’algorithme), dans une forme digeste pour un public curieux mais pas trop !
          Le champ de la réception et de l’usage des algorithmes, entre autres, est évidemment infiniment vaste.

          > N’est-ce pas un chouïa plus compliqué ?

          Question qui me permet de répondre de manière plus générale à l’esprit du commentaire : j’envisage ce carnet comme un espace non pas d’enquête mais de communication et de vulgarisation, avec des articles (relativement) courts, permettant au tout venant de se cultiver sans se farcir des publications indigestes. On peut donc ergoter à l’infini sur ce que je n’ai pas dit et imaginer tous les textes qui ne sont pas celui-ci, mais ça ne me semble pas très intéressant. Il me semble que lorsqu’on communique, il est important pour bien se faire comprendre d’axer sa communication autour d’une idée centrale, autour de laquelle gravitent plein de questions annexes. Alors oui on peut toujours développer ces questions annexes, mais on noie alors le propos initial et on perd l’efficacité qui lui est conférée. Tu noteras également que dans le cas du présent article, je prends position, je ne fais pas que décrire mais j’invite à adopter une position. C’est un billet d’humeur en somme, un appel à prêter attention à un point particulier : tous les autres sujets continuent à exister !

          1. Merci Eglantine pour cet article si éclairant. Il est évident qu’en toile de fond se trouve la question de la liberté, il ne faut pas oublier que si l’on abandonne la liberté humaine en pensant que nous sommes biologiquement, ou sociologiquement (quelques accents bourdieusiens dans la critique du langage de votre interlocuteur) déterminés, la question éthique disparait, nous ne sommes plus responsables de rien. Cela me rappelle étrangement les excuses faites par Eichmann qui n’avait fait qu’exécuter des ordres… Mais comme vous le dites ce n’est pas le sujet. En revanche votre distinction entre sujet et outil est très éclairante s’agissant des algorithmes, et il me semble aussi intéressant de creuser ce que la nécessité de penser de façon binaire peut introduire comme simplification du réel, comme appauvrissement des critères de décision par exemple lorsqu’on se sert d’algorithmes comme aides à la décision. Exemple : la voiture connectée de demain qui décidera lorsqu’un obstacle se trouve sur la route de la stratégie à prendre pour l’éviter : sera-t-elle capable de choisir entre éviter l’obstacle pour préserver la vie des passagers au risque de tuer l’enfant qui joue sur le bas-côté ou sacrifier la vie de ses passagers pour sauver celle de l’enfant ? Je ne suis pas sûre qu’un algorithme soit capable de répondre à cette question.
            Merci encore de la qualité de cet article!

            1. Merci pour ce commentaire. Beaucoup de choses se jouent au moment de la discrétisation du problème. La mise au point de dispositifs comme la Google Car réactive les débats sur la possibilité de programmer un comportement éthique pour un outil : le « choix » de la voiture sur la route doit résulter de règles qui auront été définies à l’avance et suppose de pouvoir formaliser ces règles, ce que la philosophie n’est pas du tout en mesure de faire pour le moment, ce qui soulève pas mal de questions. Je reviendrai certainement sur ces questions de règles, de discrétisation et de catégorisation dans un prochain article 🙂

  3. Je précise que la discussion s’est en fait poursuivie sur Facebook.

    Pour Cécile Brejon (joli point Godwin 😉 en passant), nul Bourdieu là-dedans, mon argument n’est pas d’affirmer que nous étions privés de liberté. Il s’attachait plutôt à mettre en relief le point de départ du raisonnement d’Eglantine qui est, me semble-t-il, néo-kantien – sans être explicité. Or, cet article repose entièrement sur des postulats qui ne sont pas discutés. Certes, nous dit-elle, ce n’est pas le sujet, étant entendu qu’il ne s’agit ici que d’une courte note. Mais précisément, ce c’est là que l’on voit percer de la manière la plus éclatante les prémisses d’un raisonnement. D’où une certaine insatisfaction. D’autres ont, toujours sur FB, complexifié la définition donnée des algorithmes. On espère un billet qui fera la synthèse de toutes ces réflexions 🙂

    1. Alexandre,
      Je travaille ici avec une conception intuitive de la liberté, qui n’a semble-t-il pas posé de problème aux autres lecteurs du billet (y compris Inria, qui l’a relayé :D) et continue à me paraître fonctionnelle pour le billet. Plutôt que de souligner encore une fois que cette conception ne te satisfait pas, pourrait-tu décrire brièvement une conception qui te conviendrait et en quoi elle invaliderait mon propos ? Il me semble que que la discussion serait plus plus constructive de cette façon. Il est toujours intéressant d’affiner et de complexifier nos définitions 🙂 mais il ne faut pas perdre de vue la direction où nous dirigeons nos efforts (les miens en tout cas) : créer de l’intelligibilité, éclairer notre compréhension des phénomènes, et admettre que tout discours est une simplification du réel.

      Néanmoins, pour une définition plus fine de l’algorithme, mais qui met bien en évidence le parallèle entre le calcul à la main et le calcul par une machine, je recommande cet article dont la lecture m’a ravie et qui complète la distinction papier-crayon vs machine avec l’idée de machine analogique : http://philosophiascientiae.revues.org/769. On s’éloigne cependant du point d’attention soulevé par mon billet.

      1. Églantine,

        Je réponds brièvement, étant en déplacement.

        Tu évoques une idée intuitive. Nous sommes d’accord… En faire une prémisse à ton raisonnement implique qu’on puisse tout de même la discuter !

        Ce qui ne veut pas dire en proposer une autre au préalable. 😉

        Cette idée pleine de bon sens (c’est ainsi que je lis ton clin d’œil à la mention de ton billet par Inria – attention, le fait que ton discours réponde à une attente n’est pas un bon signe à mon sens) m’évoque surtout Descartes ou Kant. Libre à toi de penser que c’est suffisant (indiscutable ?). Ou de te retrancher derrière le fait que tout discours simplifie nécessairement – attention à ne pas dégainer cette défense trop vite ou de manière systématique.

        Mon souci n’est pas de ne pas être d’accord, il est plutôt lié au type de défense adoptée qui ne t’amène pas à expliciter davantage *ta* position (au regard d’autres conceptions de la technique, de l’outil, de l’humain, etc.). J’aurais presque envie d’en appeler à Simondon, c’est dire ! Ce n’est pas une attaque, c’est une invite.

        Tant pis…

        (s’agissant de l’article, oui, je l’avais vu passer…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *