Intervention aux 5e rencontres doctorales internationales en philosophie des sciences

J’interviens le jeudi 29 septembre à l’IHPST, à l’occasion des 5e Rencontres Doctorales Internationales en Philosophie des Sciences, pour présenter un travail sur le problème de la décision dans les data sciences. J’y parlerai de Hilbert, de Turing, de pragmatisme et de big data : tout un programme.

Comme le programme n’est pas encore en ligne, j’en profite pour vous en faire profiter.

Entrée libre !

Jeudi 29 septembre

A partir de 9:00 Petit-déjeuner et accueil des participants

  • 10:10 Conférence d’ouverture : Cédric Paternotte (Université Paris-Sorbonne) « Vices, vertus, consensus et succès scientifique »

Pause-café (10 minutes)

  • 11:10 – 11:50 Églantine Schmitt (Université de technologie de Compiègne) : « Le problème de la décision dans les data sciences »
  • 11:50 – 12:30 Romain Sauzet (Université Jean Moulin – Lyon 3) : « Valeurs épistémiques et activité scientifique »

Pause-déjeuner (1h30)

  • 14:00 – 14:40 Jan Marsalek (Institut de Philosophie de l’Académie tchèque des sciences) : « Transformations, dégradations, disparitions des objets scientifiques »
  • 14:40 – 15:20 Renaud Fine (Université Grenoble-Alpes) « Ordonner la science dans une société démocratique »

Pause-café (20 minutes)

  • 15:40 – 16:20 Thomas Bonnin (University of Exeter) « Utiliser des modèles en sciences historiques »

Vendredi 30 septembre

A partir de 9:00 Petit-déjeuner

  • 10:00 – 10:40 David Waszek (Université Panthéon-Sorbonne) : « Lire les figures et les formules en mathématiques »
  • 10:40 – 11:20 Marina Imocrante (Universités Vita-Salute San Raffaele et Panthéon Sorbonne) : « Le débat actuel autour de l’applicabilité des mathématiques »
  • 11:20 – 12:00 Jean-Félix Gross (Université Jean Moulin – Lyon 3) : «Epistémologie et effet placebo »

Pause-déjeuner (1h30)

  • 13:30 – 14:10 Michelizza Marzia (Université Panthéon-Sorbonne, Université d’Urbino) : « Esprit et cerveau : localisation, causalité et contexte expérimental »
  • 14:10 – 14h50 M. Anthony Mills (University of Notre Dame) : « Meyerson, Friedman, and Kant: the role of the a priori in science »

Pause-café (20 minutes)

  • 15:10 – 16:10 Conférence de clôture : Valeria Giardino (Université de Lorraine) « Le rôle des artefacts cognitifs dans le raisonnement scientifique »

Renseignements pratiques

Salle de conférence, IHPST 13 rue du four 75006

L’entrée dans l’immeuble se fait facilement en appuyant sur le bouton de l’interphone. L’IHPST se trouve au second étage sur la droite, où la porte sera maintenue ouverte. Vous trouverez la salle de conférence à gauche en entrant.

Accès le plus proche : station de métro Mabillon (ligne 10)

Autres stations à proximité : Saint Germain des Près (Ligne 4), RER B station Saint-Michel et RER C station Saint Michel – Notre Dame à moins de 15min de marche environ (via la rue Saint-André des Arts):

Lignes de bus à proximité : bus 70, 96, 63, 86, 95, 39

« Mégadonnées », une traduction méga problématique de « big data »

L’annonce tombe à point nommé, puisque je suis en train de rédiger un texte sur la définition des big data. Le Journal Officiel a proposé ce jour le terme « mégadonnées » comme traduction de la formule anglaise. Voici ce qui me dérange :

  • C’est une aberration néologique : méga- est d’origine grecque et donnée d’origine latine ;
  • C’est dans le langage familier que méga peut être compris comme synonyme de « beaucoup », comme dans l’exemple « mégadonnées n’est pas une proposition méga pertinente » ; dans un registre plus soutenu, ce sens n’est pas justifié ;
  • Dans le contexte des unités de mesure et de l’informatique, méga- a un sens très précis. Le préfixe désigne l’échelle du million,  comme dans « mégaoctets », au hasard ; or rien ne justifie l’affirmation selon laquelle les big data relèveraient plutôt de l’échelle du million que de celle du millier ou du milliard ;
  • Si l’on suit d’ailleurs la logique terminologique de « mégaoctet », une mégadonnée devrait désigner un million de données comme un mégaoctet désigne un million d’octet (et qui est d’ailleurs, si l’on veut pinailler, un emploi impropre du mébioctet). On aurait ainsi un terme technique pour désigner une quantité précise de données (et « les mégadonnées », au féminin pluriel, n’en reste pas moins numériquement précis), mais comme dit plus haut, la notion de big data ne fait pas référence à un volume précis de données ;
  • Compris dans son sens technique, seul sens qui me semble légitime vue la connotation métrologique savante du préfixe méga-, le terme passe à côté de la dimension épistémologique, éthique et politique des big data qui ne sont pas tant de grands volumes de données que des données d’une certaine nature (typiquement les informations personnelles relatives aux internautes et aux consommateurs), le volume n’étant que la conséquence de cette nature ;
  • Tout ceci est d’autant plus problématique qu’il existait déjà une traduction en usage de big data : la formule données massives qui ne tombe pas dans l’écueil de la terminologie savante et reste donc suffisamment vague pour inclure largement toutes les nuances de la notion ;
  • Enfin, comme tout phénomène de société, on peut s’interroger sur l’intérêt de la traduction de leur désignation. Les expressions comme « web » ou « open data », me semblent dé-lexicalisées dans la langue d’origine (le mot « Web » en anglais ne désigne pas une toile d’araignée, son sens d’origine, mais le grand réseau technique qui s’est développé au cours des 30 dernières années et via lequel je vais diffuser cet article) et devenues des quasi noms propres ; j’ai le sentiment en tout cas, pour prendre l’exemple du terme open data, que la traduction officielle « données ouvertes » a un autre référent, et ne désigne plus tant le mouvement mondial de libération des données mais leur déclinaison sur le territoire français.

Il y a néanmoins un point positif à cette définition : le terme est féminin pluriel, ce qui finira peut-être par décourager l’aberration grammaticale « le big data » dont les médias nous accablent.

Je retiens qu’il faut que j’aille plus souvent mettre mon nez sur le site de la commission de néologie et de terminologie, qui permet aux particuliers de proposer des traductions.